Lin Felton, alias QUIK : LE PAPI DU GRAFFITI

quik

Lin Felton, alias QUIK : LE PAPI DU GRAFFITI

Ses peintures de pin-up et de Félix le Chat aux aérosols sont sa signature : Lin Felton, alias Quik, est un graffeur américain qui exerce depuis les années 1970. L’exposition « Quik and Company » lui est consacrée en ce moment à Paris.

Retrouvez Quik sur le site de Green Flowers ici !

Mélomane en plus d’être graffeur, Quik peint sur les murs et les trains new-yorkais depuis l’âge de 12 ans. Ses œuvres depuis ont été exposées dans des musées à New York.

Fan de Jimi Hendrix (entre autres), il aime le citer :  » Jimi Hendrix disait qu’il aimait peindre avec ses chansons alors moi j’aimerais chanter avec ma peinture. »

On le découvre à Paris en 2006 grâce à ses graffs réalisés sur les murs et les plans de métro de la capitale. L’artiste se souvient de ses débuts en Europe : « Quand nous, les gars américains de New York, sommes arrivés ici pour la première fois, les jeunes étaient fascinés par la vitesse et l’ampleur de notre travail. Ils n’avaient jamais vu ça avant ! »

Quik ne s’arrête pas là. Son travail est exposé plusieurs fois dans des musées en France, comme au Palais de Tokyo en 2010, mais aussi dans des lieux plus confidentiels : la galerie Green Flowers est la première à découvrir Quik.


Graffiti never die, « Drawing on map »  100 x 127 cm, aérosol et acrylique sur papier © Quik 
Pour Valérie Bacques la directrice, l’artiste est une figure incontournable de street-art : « Quik fait partie de la première génération de graffeurs. La première fois que je l’ai exposé, c’était incroyable. Les gens venaient de partout… Sur vingt-cinq toiles accrochées, on en a vendu vingt-trois. »

Loïc Le Floch, alias Fenx, fait partie de la jeune génération de graffeurs influencés par son travail :« Quand il est arrivé en France, c’était une icône pour nous. J’ai découvert son travail sur toile. J’ai aimé la fraîcheur qui s’en dégageait et la représentation féminine qu’il en faisait. » 


Les figures féminines de Quik ont inspiré le travail de FenX. © FenX
Les tableaux de Quik aujourd’hui peuvent se vendre jusqu’à 6.000€. Ils attirent aussi les collectionneurs de street-art comme Etienne qui possède sept œuvres de l’artiste. Sa préférée représente un gros chat qui rit sur un fond coloré. Pour lui, « quand on la regarde, on ne voit pas tout ce qu’il y a dedans. Il faut la regarder pendant longtemps, à plusieurs reprises, pour y voir tous les détails. »

La galerie Green Flowers propose en tout une vingtaine d’œuvres signées Quik, dont ses pièces maîtresses : les tableaux de femmes peintes aux traits noirs épais et les fameux maps, les plans de ville et de métro recouverts de ses dessins.
Exposition Quik and Company, galerie Green Flowers, jusqu’au 7 juin. Ouvert les jeudi, vendredi et samedi. Entrée libre. Plus d’infos sur le site de la galerie.

Source de l’article ici !

Article par Cécile V.



Laisser un commentaire

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.