Trap Them – Blissfucker

Ross Ellis 12" Gatefold 11298

Trap Them – Blissfucker

(2014, Prosthetic Records)

 

C’est l’été, saison fantastique et magique au cours de laquelle on voit pourtant l’Homme se transformer en zombie, avide de fraîcheur et de chair équivalente. Une exsudation de matière et de parfums toute naturaliste, que seul Zola sait peindre avec tout le bad nécessaire. Pour tous ceux qui pensent que l’été n’est pas si joyeux, et qui cherchent à le passer à l’abri des lieux communs, nous vous conseillons de jeter une oreille à Trap Them : lourd et cradingue, qui vous fera l’effet d’un cassoulet en terrasse en plein cagnard.

Comment décrire à propos ce style bâtard ? Aux confluences du rock and roll burné et du grind ? Il semble être usuel d’offrir des recettes foireuses pour définir dans des mots accessibles à tous ce qui devrait s’argumenter. Allons donc dans cette direction de facilité : prenez un peu de Dillinger Escape Plan, foutez des mandales dans une carcasse de bœuf, saupoudrez de cendres de Refused, et passez le dans Norma Jean (la remarque est volontairement grivoise). Le tout, sous une figure tutélaire malsaine thermostat Black Sabbath, et vous pourrez vous faire une idée approximative de ce que le groupe envoie.

Du début à la fin, vous serez malmenés, réduits à l’état de sauvage, comme dans une gueule de bois éternelle, mais de ces gueules de bois fantastiques qui donnent envie de taper du pied, à grand renfort de rythmes endiablés et malsains, dans une atmosphère de piano-bar de l’immonde.

Le tour de force de Trap Them réside à mon sens en ce qu’ils ont réussi à piocher dans ce que le métal a à offrir de plus extrême, en le plaçant tout de même – presque miraculeusement – du côté du groove, et d’un héritage Rock.

Seul petit bémol peut-être, l’album est un tantinet long, dans ce qu’il demande d’ingérer à l’auditeur, et il perd donc ainsi un peu en efficacité s’il veut être écouté d’un bout à l’autre. On rêve de les voir en France bientôt, et de pouvoir tourner la mèche sur du métal digne de ce nom.

C’est un coup de cœur, et on vous conseille vivement d’offrir la faveur d’une écoute prolongée à vos oreilles adorées.

Par Jean-Gauthier Martin

embedded by Embedded Video

Facebook de Trap Them 

Facebook de Prosthetic Records

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.