Interview Musicale (Une interview + une Playlist et des enregistrements live exclusifs !) : Screaming Eagle & Zeke Johnson (Memphis Blues-Folk)

localbeat_Old_Young

Interview Musicale (Une interview + une Playlist !) : Screaming Eagle & Zeke Johnson (Memphis Blues-Folk)

Bienvenue à Memphis, Tennessee. Ville légendaire du Blues et du Rock n Roll. La musique, le barbecue et la dégustation des très nombreuses bières locales ont rythmé mes premiers mois ici. Je suis allé dans la légendaire Beale Street, réputé pour être la rue la plus animée et musicale de Memphis, dans des salles de concerts et des bars mais quelque chose manquait… Où est le Blues ? Je veux dire, le VRAI Blues du fin fond du delta du Mississippi ? Je n’ai pas vu beaucoup de bluesmen dans Beale Street, et encore moins interprété des chansons originales, et surtout pas dans les rues ! Bien sûr j’ai entendu des musiciens très talentueux (Comme CE MEC !!!) mais le cliché du vieux bluesman jouant du bottle-neck sur une vieille guitare manquait à mon petit tableau d’Européen en manque de sensations typiques. Mais çà, c’était avant que j’aille à  Java Cabana situé dans le quartier Cooper-Young.

DSCF0893
Crédit Photo: Touch Arts

  J’ai découvert ce coffehouse en suivant des amis qui allaient jouer là-bas pour la soirée open mic: C’est un charmant petit café avec un personnel très sympathique dans une ambiance tranquille et colorée qui attire des personnes chaleureuses et des artistes extrêmement créatifs. De l’autre coté de la rue, des cowboys modernes écoute des classiques du rock sudiste (Neil Young, Creedence Clearwater Revival…) autour d’un feu de bois dans un tonneau en ferraille.

Cet endroit a vraiment quelque chose de spécial !

Et un vendredi soir, mon rêve de vrai Delta Blues se réalise enfin !

 Zeke Johnson & Screamin’ Eagle en concert à Java Cabana: Un vieux bluesman assis à coté d’un plus jeune, jouent ensemble. Le duo mélange Delta Blues et Blues Electrique/Rock n roll avec un talent rare !

Je suis amoureux !

Je leur propose une interview, avec des étoiles dans les yeux. Nous convenons de nous rencontrer à Java Cabana le lendemain…

CI DESSOUS: LA PLAYLIST A ÉCOUTER AVANT, PENDANT OU APRÈS L’INTERVIEW !

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Touch-Arts:  Depuis combien de temps joues tu Zeke ?

Zeke: Cette année ça fera 49 ans. J’ai commencé en Mars 1965. J’ai toujours chanté depuis.  J’ai chanté dans les églises et tout ça depuis que j’ai 6 ans.      A 13 ans j’ai chanté pour la première fois à la radio. J’ai toujours aimé chanté. J’ai commencé à écrire quand je suis revenu des  Marines. Ma musique a beaucoup attiré l’attention ces dernières années. Jusque-là tout va bien !

T-A: Et  toi Chris ?

Chris :J’ai commencé à jouer de la batterie à 10 ans. J’ai débuté  en guitare quand j’avais 21 ans. Quand j’ai eu 22 ans j’ai écrit ma première chanson. Je joue depuis un petit moment.

T-A: Comparé à Zeke…

Chris : Oui Comparé à Zeke ! (Rires)

Zeke : Je n’avais pas réalisé Chris, mais toi et moi on a commencé la guitare à peu près au même âge ! J’avais tout juste 21 ans.

T-A: Comment définiriez-vous votre musique et vos influences ?

Zeke :Mon influence majeur vient d’un concert que j’ai fait au « Market Theater », un théâtre expérimental qui a durée uniquement l’été de 1963, en pleine renaissance de la folk. On y a joué des classiques comme des morceaux de  Eugene O’Neil et Anton Chekov. C’est là bas que j’ai rencontré Jim Dickinson, un producteur légendaire de Memphis. Il m’a présenté aux artistes du « deep blues » de l’époque  come Blind Willie Johnson, Blind Lemon Jefferson… Je pensais savoir ce qu’était le Blues avant ça… Quelques personnes m’ont montré deux trois trucs m’ai j’ai appris principalement des enregistrements.

screamin eagle1
Crédit Photo: Screaming Eagle

Chris: Je définirais ma musique comme de l’art : C’est au-delà de la simple musique pour moi. La musique est un facteur bien sûr. Je n’aime pas définir ca autrement. C’est putain de prétentieux je sais (Rires) mais je n’ai pas envie de rester coincer dans une niche ou genre précis.  J’ai beaucoup d’influences. Mes débuts en musique étaient basés principalement sur le Jazz : J’aimais bien écouter des trucs bizarres quand j’étais gamin : Benny Goodman, Gene Krupa, Duke Ellington… Duke Ellington m’a beaucoup influencé. A ce jour pour moi il est toujours le meilleur ! Selon moi comme représentant de la musique américaine il n’y a rien de mieux que Duke Ellington.

T-A: Comment définiriez-vous les racines que vous partagez ?

Chris : La musique noire !

On peut toujours dire que ça vient  d’Amérique mais la vérité c’est que ça vient de l’Afrique ! Ou plus précisément de la fusion entre les sons Européens et Africains.

Zeke: En fait c’est un mariage classique entre l’ethnie africaine et la langue anglaise : J’ai entendu du Blues en différentes langues Européennes, même en Hébreu et bien ça ne marche pas du tout.  La langue anglaise est primordiale dans le blues. C’est la langue d’origine après tout, c’est ce que nous parlons.

T-A: Comment définiriez-vous l’influence de la culture afro-américaine sur la musique de Memphis ?

ZEKE_Press_PIC_2_Hi_
Crédit Photo: Screaming Eagle

Zeke: C’est vrai qu’elle a influencé la musique de Memphis, mais Memphis n’est pas seulement à l’origine du blues, elle est aussi le lieu de naissance du Rock’n’roll. Concernant les influences du rock’n’roll il y a la musique country noire, la Western Music et la musique d’église blanche. Mais la vrai musique d’église blanche du fin fond de la campagne est aussi passionnée que la musique d’église noire. Judy Dorsew sur WEVL (Radio locale) passe de la très vieille musique Country enregistrée dans les années 1910 et c’est à couper le souffle ! Memphis était la ville où tous les ramasseurs de cotons et travailleurs agricoles noirs venaient pour dépenser leur argent, se saouler, chasser la demoiselle et écouter de la musique. Et quand les musiciens de Blues ont réalisé que les gens venaient ici, prêt à dépenser leur argent pour écouter de la musique, ils sont arrivés en masse. Il y’a très peu de différences entre la Musique de Memphis et la musique du Mississippi. On peut trouver des nuances mais rien de très significatif.

 T-A:Screaming Eagle, tu viens de Nashville. Selon toi quelle sont les différences entre Memphis et Nashville ?

Chris :Hum… La jeunesse, l’espoir, le business.  Il y’a beaucoup de gens à Nashville qui sont là pour poursuivre leurs rêves.  Il y a beaucoup d’excitation et d’espoir que de grandes choses vont arriver.

Quand je vivais à Memphis, les gens me demandaient : « Pourquoi tu habites ici ? » Ils ont tous en tête cette fausse idée que Memphis a déjà vu passé son heure de gloire : Elle ne sera plus jamais comme elle a été autrefois. C’est comme si il regardait vers le passé et qu’il n’y a pas d’espoir pour un meilleur Memphis demain.

Zeke: Dickinson avait l’habitude de dire que Memphis n’a jamais été comme elle a été autrefois.

Chris: (Rires) Excellent !

T-A:  C’est un peu comme cela que Memphis est dépeint à l’échelle nationale : Comme la capitale historique de la musique américaine, orientée sur ce qui s’est passé ici plutôt sur ce qui s’y passera dans l’avenir…

Chris: On ne peut pas enlever son histoire à Memphis. Ici on est si proche de la source du Blues qui a été le berceau de tellement de musique, l’état du Mississippi particulièrement. C’est là que tout a commencé.

zeke1Zeke: Si on pouvait identifier géographiquement le lieu exact de la naissance du Blues ca serait la plantation Dockery entre Cleveland et Drew sur la Mississippi Highway 8. Je suis allé là-bas et c’est la seule fois de ma vie que j’ai eu une expérience de fantômes : Il y avait un magasin abandonné et des bancs, pas cassés mais dans un sale état. Je m’y suis assis et j’ai commencé à jouer de la musique. Puis j’ai entendu des voix de noirs qui disaient des choses comme : « Je crois que le garçon blanc a ça en lui ». C’est aussi là-bas que j’ai entendu la phrase que j’ai inclus dans ma chanson « African Queen » : « Ne la traite pas de grosse, elle est juste bien fournie. » Je jamais entendu quelque chose de pareil par la suite mais j’ai entendu des voix de noirs dans ma cour. Enfin bref, Memphis c’est vrai est vraiment préservé comme une sorte de Rome ou Athènes Noire. Je ne veux offenser personne mais certaines personnes appellent Beale Street « Disneyland près du Fleuve » et c’est un peu ce que c’est devenu. Mais il y a eu 4 grosses explosions musicales à Memphis : Blues, Rock’n’roll la Soul musique avec Stax Records et Memphis fut aussi pour un moment une capitale majeur du Rap : Three Six Mafia a gagné un Academy Award pour la musique du Film « Hustle & Flow » avec un morceau appelé « It ‘s Hard out here for a pimp » Une chanson à propos d’un mac qui essaie de faire de l’argent pour le loyer.

Chris: Quoiqu’il soit arrivé, ça a toujours été la musique noire ici.

Zeke: Mais je rappelle beaucoup d’artistes connus étaient aussi des artistes blanc de country et rock’n’roll : Johnny Cash , Jerry Lee Lewis… Je me souviens comme si c’était hier de Jerry Lee Lewis assis au piano dans l’émission de Duet Phillips : « M. Phillips, je vais jouer pour vous « You win again » par Hank Williams et cela n’a jamais été joué comme ça depuis. A couper le souffle !

Chris : Il a épousé qui déjà Jerry Lee ?

Zeke: Sa cousine de 13 ans (Rires)

T-A:  Quel est votre artiste de Memphis préféré de tous les temps ?

 

zEKE + cHRIS
Crédit Photo: Touch Arts

Zeke:  Je ne pourrais pas te dire. De la même manière je ne pourrais pas te nommer mon chat préféré. Furry Lewis était probablement le plus influent. Mais si je dis Furry, alors qu’en est-il de Bucker White, Freddy McDowell, Sleepy John Estates…. Je peux vraiment pas te dire. Concernant le Rock’n’Roll, le vrai Elvis de 1955, 1960 avant qu’il ne revienne de l’armée, c’était vraiment quelque chose ! Quand Elvis fut révélé au grand public, on disait de lui qu’il était le pire cauchemar des mamans. Parce que quand les jeunes filles l’entendaient chanter, elles étaient prêtes pour la chose, et elles étaient prêtes pour la chose immédiatement.

 

T.A: Et toi Chris ?

Chris: Facile pour moi : C’est monsieur Zeke Johnson et Valerie June.

T-A:  Ca réponds à la prochaine question qui est  quel est ton artiste préféré encore actif…

Chris: A Memphis ? Zeke Johnson !

T.A:  Et toi Zeke ?

Zeke:  J’en ai deux: Chris and Kyle Carmon.  Tu l’as peut être déjà entendu jouer ici. Je l’inclus parmi ce que j’appelle les « Blues Puppies ». J’étais un Blues Puppy aussi quand j’avais son âge et Chris et Kyle sont vraiment des Blues Puppies .

Chris: Je ne chante pas le blues. Je ne l’ai jamais fait.

 

zeke2
Crédit Photo: Touch Arts

Zeke:  Tout le monde chante le blues.  J’ai une petite histoire sur Furry: Parfois il pouvait être très dramatique. Il tenait son slide et disait : « Zeke, sans ce slide, je ne serais rien. » Ce n’était pas vrai ! Il pouvait très bien jouer de la guitare sans ça mais c’était sa marque de fabrique ça c’est sûr.  C’est ce qui l’a rendu célèbre. Concernant les artistes féminins, Valérie June est ma préférée aussi. Elle me rappelle tellement Victoria Williams ! Elles ont presque la même voix bien que Vicky soit blanche.
Je suis moi-même fier de chanter aussi noir que je peux. Je ne dirais jamais que je suis complétement noir parce que je ne le suis pas mais au moins je m’en rapproche (Rires).

T-A:  Comment définiriez-vous l’industrie musicale de Memphis ?

Chris : L’enregistrement est vraiment ce que Memphis a à apporter à l’industrie. Il y a tellement de studios ici. Sun Studio par exemple. J’imagine qu’il n’y a plus grand monde qui enregistre là-bas, mais tu peux. Tu peux enregistrer dans plein de studios où des légendes ont enregistré.
Tu peux enregistrer au même studio qu’Al Green ! C’est juste fou !

Zeke: Sun, c’est là où Elvis a enregistré.

T-A: Vous avez enregistré à Memphis ?

Zeke: Chris et moi avons enregistré au Ardent Studio. J’ai aussi eu quelques prises au American Studio. C’est là-bàs que Ringo Starr a enregistre l’album qu’il a du arréter parce qu’il était au pire de son alcoolisme. J’ai toujours été confiant en mes qualités d’interprète mais je n’avais jamais pensé que je pourrais écrire des chansons. Mais Chris a effacé ce non- sens de mon esprit: « Si tu penses que tu ne peux pas écrire de chanson, n’y pense pas, tu peux le faire si tu veux. » J’ai écris 30 chansons ces 7 derniers mois. Je ne dis pas qu’elles sont toutes bonnes mais la plupart le sont. Un site britannique a rédigé une très bonne critique du morceau « African Queen » mais je ne sais pas si on peut faire confiance à un site britannique (Rires).

T-A:  Chris, tu avais l’air plutôt sombre quand tu parlais de la musique à Memphis, Zeke tu es d’accord ?

Zeke1
Crédit Photo: Touch Arts

Zeke: Pour la plupart oui. C’est vrai partout mais ça semble tout particulièrement vrai à Memphis. Le coté sombre c’est que si tu veux écouter de la vraie bonne musique il faut que tu ailles dans les Beer Joints, les Honky Tonks alors que  la plupart du public s’est tourné vers Beale Street. La manière dont ils ont refait Beale Street…  Cela n’a rien à voir avec l’original ! C’est dur d’imaginer que du rose pastel puisse avoir un coté sombre mais par exemple chanter au parc WC. Handy : Il y a un air de forcé là-bas ! Ça semble  faux et plus spontané du tout ! Ce que j’aime dans la musique à Memphis peut être décrit par la soirée open mic à laquelle je suis allé la nuit après les Grammy Awards : J’y ai entendu de la meilleur musique que j’ai entendu lors des Grammy’s ! Mais c’est vrai qu’il y’ a un côté sombre  et effrayant quoique tu fasses : Le succès dépend du goût du public. Si ce que tu fais ne lui plait pas, tu n’auras pas de succès. C’est cruel mais c’est juste. C’est pour ça que j’ai toujours voulu avoir au moins un enregistrement. Au moins j’aurais eu ma chance. Et si ça ne plait pas, et bien c’est que c’était censé être ainsi.

 

T-A:  Chris & Zeke, vous avez joué hier ici, a Java Cabana et vous jouez tous les derniers Vendredi du mois. Qu’est-ce  qui vous fais revenir ici tous les mois ?

Zeke: : J’ai revu la renaissance des Coffee Houses à Memphis. Pas seulement ici, mais aussi Otherlands, Republic Coffe, et d’autres que j’oublie.  J’ai commencé à venir ici quand Tommy Foster étaient propriétaire il y a 20 ans.  C’est un endroit merveilleux.

Chris: Il y a quelque chose de personnel ici pour moi. C’est comme un centre communautaire pour les artistes.

Zeke: Et le meilleur biscuit à la saucisse vegan de la ville !

 

CHris4
Crédit Photo: Mary Burns

Chris: : Quand j’ai emménagé à Memphis, je cherchais un endroit pour jouer et des gens avec qui jouer. Mon premier mois ici Valerie June était en concert.  La propriétaire m’a laissé avoir un concert. C’était une incroyable opportunité pour moi ! Beaucoup de gens ici m’ont aidé à faire plus de concerts.  C’est comme un vortex mec,  ça attire des gens et beaucoup d’énergie créative.  C’est ici qu’on s’est rencontré avec  Zeke.

 

 

  Zeke: Même quand tu viens et qu’il n’y a personne, Mary et les personnes qu’elle embauche sont vraiment des gens cool. C’est chouette juste de trainer ici. Les 3 choses qui m’ont gardé dans le coin c’est les femmes plus jeunes et plus sérieusement mes chats et ma musique. Et la musique aide tellement ! Le Blues est mon partenaire depuis 49 ans. On ne fait jamais beaucoup d’argent dans ses conditions. Mais si je faisais ça pour l’argent je ne le ferais pas depuis presque 50 ans.  Mais juste pour le plaisir. Juste jouer et faire plaisir aux gens. Hier soir tous les monde étaient content et groovaient, c’était magique !

T-A:  Tu veux jouer un morceau ?

Zeke : Bien sûr ! Juste un petit contexte pour cette chanson : Furry disait quand il utilisait l’accordage ou les paroles de quelqu’un : « Je l’ai pompé sur… » . Sur cette chanson il y ‘a un refrain que je chante deux fois que j’ai pompé d’une chanson de Blind Willie McTell : « Cheney »

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

T-A: Wow! C’est génial ! J’adore le son de ta guitare !

Zeke: Merci ! Pour la petite histoire, cette guitare a été dans les mains de Fred Mcdowell, Furry Lewis, Booker White, Sleepy John Estes et Jessie Mac Hemphill.

T-A:  J’ai l’impression que tu as rencontré beaucoup de bluesman influent de Memphis Zeke. Et toi Chris a tu rencontré des Bluesmen à l’exception de Zeke qui t’ont influencé ?

 

Chris3
Crédit Photo: Zeke Johnson

Chris: J’ai écouté beaucoup de blues ici mais quand j’ai rencontré Zeke pour la première fois, il m’a dit qu’il voulait me transmettre sa musique et qu’il ne voulait pas qu’elle se perde. Il me l’a présenté comme un honneur pour lui. Je m’allongeais un soir et j’ai eu ce moment où j’écoutais une station Blues sur le site Pandora et Freddie McDowell est passé. J’ai entendu ça et je pense que tous les musiciens ont cet instant dans leur vie ou tu entends quelque chose et le monde entier s’arrête, tu interromps toute conversation pour trouver qui chante ça. Après ce moment j’ai réalisé que Freddie avait transmis sa musique à Zeke et que maintenant Zeke me la transmet de la même manière. J’ai eu l’impression que la Musique m’appelait pour faire partie de quelque chose. C’était un grand honneur. C’est le genre de moment de flottement ou tu réalises : « Oh mon dieu, je fais partie de cet héritage ! »

T-A: Tu peux jouer une chanson de Freddie McDowell ?

Chris: Je n’ai pas l’habitude de jouer les chansons des autres, je vais jouer une chanson appelée « Little Foot » avec l’accordage que Zeke m’a appris et dont Zeke est l’inspiration.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Zeke:  Excellent!

T-A: Génial!

Chris: Et ta favorite ? Zeke me demande toujours de la jouer en disant que c’est sa préférée. Du coup ça va finir par la devenir pour moi aussi.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Zeke: Je l’adore ! Furry avait l’habitude de me dire : « Zeke, un de ces jours le Blues va revenir et ce sera de nouveau une musique très populaire ! » Je n’ai jamais désapprouvé verbalement avec lui mais je lui disais : « Probablement pas. » Ca continuera à être une musique de Coffeehouse et de libraire mais ça fait déjà pas mal de monde ! Cette chanson, je ne me souviens plus si elle est du Cannon Jug Stompers ou du Memphis Jug Band… Je pense que c’est le plus pur son de Memphis de tout ce que je connais. Comparé à Gus Cannon, Furry était un enfant ! Cannon est né dans les années 1870’s il avait 15 ans quand Furry est né.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Zeke: Tu ne peux pas aller plus profondément dans le son de Memphis. Tu voulais du Hardcore, CA c’est Hardcore.

T-A:  Merci à vous pour cette interview ! Vous êtes tous les deux la preuve que le Blues est toujours bien présent ! Quelque chose à ajouter pour finir ?

Zeke:

Le Blues a survécu principalement grâce à l’intérêt des européens.  Il y’avait probablement plus de personnes qui connaissaient  Furry Lewis à Paris et Stockholm qu’ici. Un bel exemple d’intérêt européen: 2 chercheurs anglais Dixon et Goodrich en 1943 ont publié la première discographie de la musique Blues et Gospel. Une compilation de Blues de musique de Memphisest sortie en France récemment sur le label Bang Records: « Memphis Treat » J’ai deux morceaux dessus issus d’une session live de 1987. Donc le bon peuple d’Europe mérite sa place dans la légende. A l’Europe je dis : Danke, Grazie, Merci !

T-A:  « Et Merci à vous Y’all! »

Zeke: J’adore entendre les français dire « Y’All ! » c’est trop cool !

Vous pouvez écouter et télécharger l’album de Screaming Eagle & Zeke Johnson sur Bandcamp

Site web de Screaming Eagle

Zeke & Chris
Crédit Photo: Ashley Powell



Commentaire sur “Interview Musicale (Une interview + une Playlist et des enregistrements live exclusifs !) : Screaming Eagle & Zeke Johnson (Memphis Blues-Folk)”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.