Foes – Chanson

musik Foes

Foes – Chanson

Si, comme moi, vous avez eu l’occasion de le rencontrer, vous avez d’abord remarqué cet air antipathique du mec qui paraît trop sur de lui. Mais détrompez vous ! Ce garcon, poli et bien élevé est un grand anxieux. Si vous lui laissez la possibilité d’enlever son armure de cynisme, vous verrez un homme doux et fragile, qui aime le sucre, le miel…
C’est par politesse que je lui ai demandé de me chanter ses chansons. Ça ne pouvait pas être pire que son manque de conversation et ses maladresses. J’avais l’impression qu’il n’y avait rien à tirer de ce mec patibulaire… C’est par politesse qu’il a entamé les premiers accords, avec gêne et pudeur. Sa voix, chevrotante, et ses mots, sincères, ont su me retenir… quelques années.
Ses chansons sont comme lui : des métaphores aux sens multiples, servies par des mots simples et des mélodies au charme désuet. Elles cachent un monstre de romantisme qu’il démentira à force de mauvaise foi. Ses textes, derrière leur apparente naiveté, tournent ses sentiments, ses fantasmes, ses repentis et ses regrets en dérision avec une impertinence sans faille.
Il vit ses péripéties d’homme ordinaire de manière extraordinaire. Quand il se moque de lui même, il se mue en miroir. Il m’a touchée parce qu’en me parlant de lui, il m’a parlé de moi, des autres.

Cristelle Lissandrini.

Foes a eu plusieurs vies. Il a passé son adolescence la tête dans l’eau. Il a aligné les distances dans toutes les piscines de France en espérant nager aux Jeux Olympiques. Suite à sa difficile scolarité, il a exercé presque tous les métiers « non qualifiés ». Il a saisi des données informatiques, puis modéré des forums de lycéens. Il a fait « croque-mort », assistant géomètre, pigiste pour un journal local, barman aux abords d’un circuit de formule 1, archiviste à l’hôpital. Il a travaillé dans des PME, il a été fonctionnaire.

Il commence la guitare à la fin des années 90 et monte très vite sur scène comme bassiste dans des groupes de rock, de jazz, blues. En parallèle, il commence à écrire des chansons. La maturation sera longue. Il mettra 10 années pour trouver un style dans lequel il se reconnaît. Fan des Beatles avant tout, il assume dans ses influences la « grande variété » française qui a bercé son enfance. Il aurait aimé écrire Les Lacs du Connemara, le Paradis Blanc, Le Sud (…etc). Il écoute Goldman et les Innocents en boucle.

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Vous pourrez le retrouver prochainement en concert  avec ODONATA le mardi 17 décembre 2013 à l’Elastic Bar à Strasbourg à partir de 20h dans le cadre de la 17ième session TA’Coustique organisée par Touch-Arts.

LIVE MUSIC ICI
Le facebook de FOES

Florent G.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.