À la rencontre de Katsumi Project !

Katsumi Project

À la rencontre de Katsumi Project !

Katsumi est avant tout une bande de pote qui font de la musique ensemble. Très soudé, ils jouent davantage pour le plaisir. De leur complicité émane de nombreuses improvisations lors de leurs lives.
Lors du festival Contre-Temps, à Strasbourg, j’ai pu rencontrer Geoffroy Sourp (batterie) et Lionel Ehrhart (basse) pour qu’ils me parlent de leur groupe.

Comment est né Katsumi Project ?
Geoffroy : On se connaît par rapport à d’autres projets qu’on a fait ensemble. À la base, je nous ai réuni pour qu’on fasse une vidéo de batterie et le nom du groupe, Katsumi Project, est sorti par rapport à cette vidéo. Depuis 2010, on a décidé de commencer à jouer régulièrement ensemble autour d’un style jazz-soul.

Justement, pourquoi « Katsumi Project » ?
Geoffroy : Je suis assez fan des musiques soul des années 90, et ce style, souvent, quand on le fait écouter à des personnes externes, elles pensent à des musiques de films pornographiques. Et aussi, pour l’anecdote, j’ai déjà rencontré Katsumi (NDLR actrice de films pornographiques). Et quitte à faire une musique dans un genre de musique qui peut rappeler cet univers, autant avoir un nom qui va avec le style.

Faisant partie de la scène strasbourgeoise, avez-vous des coups de cœur pour des groupes issu de cette scène ?
Geoffroy : C’est vrai qu’on se connaît un peu tous alors c’est compliqué de dire qui on préfère, mais je suis assez fan d’un groupe qui s’appelle les Fat Badgers. J’ai d’ailleurs d’autres projets avec le pianiste.
Lionel : Je suis assez fan d’un groupe qui s’appelle Adam and the Madams.

Si vous deviez présenter votre partenaire en quelques phrases.
Lionel : Je vais plus parler musicalement. Sans vouloir lui passer de la pommade, je trouve que Geoffroy c’est vraiment un batteur exceptionnel, il peut aller dans beaucoup de directions musicales. Au-delà de la technique instrumentale qu’il possède, il a aussi une culture musicale très importante.
Geoffroy : Lionel, c’est un ami avant tout et c’est un bonheur de travailler avec lui. Généralement en tant que batteur on est assez difficile avec les bassistes, vu qu’on est un peu la base d’un groupe. Quand le basse/batterie marche dans un groupe, c’est gagné. On a aussi des goûts assez similaires, du coup on est un duo qui fonctionne bien. Ça reste mon basiste préféré.

La dernière fois que vous avez mangez un bretzel.
Geoffroy : Hier, en prenant le train, j’ai acheté deux bretzels.
Lionel : Je ne m’en rappelle pas.

Retrouvez les sur  Facebook

Katsumi Project 2

 

Commentaire sur “À la rencontre de Katsumi Project !”

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.