Kano – L’ordinateur open source à construire soi-même

kino-ordi

 

Kano – L’ordinateur open source à construire soi-même

Deux Américains ont créé Kano, un ordinateur open source à monter soi-même. Très abordable (99$), il est destiné à tous et a déjà séduit près de 4.000 personnes sur Kickstarter.

Il y a deux mois, Konbini vous présentait Phonebloks, un projet de crowdfunding pour un téléphone à monter soi-même. Grand succès pour le mobile customisable qui a dépassé toutes les prévisions en matière de soutien. Mais si le do it yourself fonctionne pour un téléphone, c’est aussi le cas pour un ordinateur à monter soi-même.

Deux Américains ont alors eu l’idée de créer Kano, “un ordinateur et kit de codage pour tous les âges, partout dans le monde. Simple comme des Lego”. Une vidéo de présentation montre la facilité de montage de la machine :

embedded by Embedded Video

Mais si sa construction est simpliste, l’ordinateur n’est pas un simple jouet pour autant. Outre un pack de base avec quelques jeux, la possibilité de lire la HD et quelques accessoires supplémentaires, la grande force de Kano réside dans le fait qu’il soit open source. Cela signifie que tout un chacun peut avoir accès au code source pour s’approprier réellement l’ordinateur… et le modeler par rapport à ses propres besoins.

Tout comme dans le cas du Phonebloks, les créateurs de Kano s’inscrivent en réaction au marché pour proposer une alternative aux monopoles de l’informatique. La cible de cet ordinateur ? “Tous ceux qui veulent créer avec la technologie – et pas seulement la consommer.”

Dans la vidéo de présentation du projet sur la page du Kickstarter dédié, on voit un enfant de 7 ans monter Kano et s’en servir. Ainsi, l’ordinateur s’adresse à tous les âges de par sa simplicité de montage, son grand champ de possibilités grâce à l’open source… et son prix : 99$, soit un peu plus de 73€.

Après avoir testé 200 de leurs machines dans des villes du monde entier comme Johannesburg, Tel Aviv, New-York ou encore Londres, les créateurs de Kano ont créé un projet Kickstarter qui fonctionne à merveille. Alors qu’ils souhaitaient se faire aider par les internautes à hauteur de 100.000$, les petits génies derrière cet ordinateur pour tous en sont à un total de près de 430.000$ à l’instant où nous écrivons ces lignes. Et il reste 27 jours au projet pour continuer à séduire davantage.

Retrouvez-nous sur : http://touch-arts.com/

Mathilde V.

Des meubles open-source – Plans en téléchargement gratuit

626897894_B97906022Z.1_20130820161957_000_GQG154TBB.1-0

Le site américain OpenDesk propose de télécharger gratuitement des plans de meubles à fabriquer soi-même. Et si vous n’avez pas de scie à bois sous la main, il est toujours possible de faire travailler les artisans de votre région.

Si vous avez envie d’un nouveau meuble en kit, mais que pour une raison ou une autre vous voulez vous épargner le grand tour d’Ikea , une autre option est possible. Le site américain OpenDesk propose de partager des plans de meubles placés sous licences libres (sans droit d’auteur, donc non payants). Ces plans sont des œuvres originales de créateurs, qui n’ont pas souhaité en garder l’exclusivité et ont décidé d’en publier les plans et instructions de montage sous licence Créative Commons. Chacun peut donc télécharger gratuitement le dossier du meuble qui l’intéresse. Reste encore à fabriquer les différents éléments avant de pouvoir passer aux joies de l’assemblage. Et comme tout le monde n’est pas forcément équipé d’une table de fraisage à commande numérique ou d’une scie sauteuse, le site propose des solutions.

S’approprier le processus de fabrication

Le principe du site, outre le partage gratuit de connaissance, est de permettre de s’approprier le processus de fabrication des objets, dans la limite de ses capacités et de sa volonté. Quatre scénarios sont prévus, qui permettent à chacun de s’y retrouver. Pour les plus équipés et les plus bricolos, chaque meuble est fourni avec des fichiers de découpe numériques. Ceux-ci permettent de donner des ordres aux machines de découpe de type CNC , et d’obtenir ainsi les différents éléments. Pour ceux qui ne disposent pas de telles machines, OpenDesk permet aux artisans et ateliers de découpe de proposer leurs services aux internautes habitant leur région. Il est alors possible de se procurer les pièces de bois en l’état brut et de prendre en main la suite du processus, ou bien de commander des pièces déjà traitées. Pour les moins courageux on peut carrément confier l’entièreté de la réalisation à l’artisan. Le coût risque alors d’être plus élevé que celui d’un meuble Ikea. Mais le prix n’est pas le cheval de bataille d’Open Desk.

Partager gratuitement des créations

Via sa plateforme de mise en relation avec des artisans, le site compte promouvoir le travail des artisans, et encourager la consommation locale. Des meubles sous licence libre, c’est également une nouveauté qui s’inscrit dans le courant de la révolution des imprimantes 3D. Ces imprimantes ont permis de développer le partage des œuvres en se basant moins sur la reproduction d’œuvres préexistantes que sur la création originale émanant d’une communauté. Des sites comme Thingiverse , 123D Gallery ou GrabCAD permettent ainsi de trouver des objets librement imprimables et modifiables, dont les plans ont été mis en ligne par leurs créateurs. Le site OpenDesk reprend ce principe, en espérant l’appliquer avec succès à un autre domaine que les objets en plastique.

SOURCE : Lesoir.be