37°2 le matin – Philippe Djian

37°2 le matin – Phillipe Djian 

 

Synopsis:

Betty était allongée sur le lit. Elle était tout habillée, elle me tournait le dos. […] Putain de merde je me suis dit tout au fond de moi en la regardant respirer. Le silence ressemblait à une pluie de paillettes tombant sur une tartine de colle. On avait toujours pas échangé un mot.» Betty est entrée dans sa vie, valise en main, un matin, et elle était la plus belle. Pour elle, il était le plus grand écrivain de sa génération. C’est que Betty a des exigences de vie que l’écrivain sans éditeur s’essaie à combler. Sans répit, ils se lancent dans une histoire qui refuse toute médiocrité. Pourtant les galères s’enchaînent, à croire qu’il est des gens qui n’ont pas le bonheur facile. Alors, il faut l’arracher à la vie, ce bonheur, à s’en abîmer les ongles, à force d’être à fleur de peau.

 

Mon avis:

J’aime cette façon d’écrire de Philippe Djian. Elle est si proche de la réalité.
Je me suis laissé emporter sans avoir eu la moindre idée ou est-ce l’histoire allait m’ammener. La façon dont le roman est écrit me donnais l’impression qu’il n’y avait « aucun souci ». Ce livre m’a beaucoup surpris et touché.

Soudainement, sans que je m’y attendais, je me suis rendu compte dans quelle histoire émouvante, dramatique et presque obscure, je me suis laissé emporter.
J’adore le personnage Betty Blue. Elle insite et veut le bonnheur à tout prix et en même temps elle ne peux pas y arriver car elle est prisonnière de sois même.

Pour moi, « 37°2 le matin » est bien plus qu’une histoire d’amour.  J’ai l’impression de comprendre le message que Phllipp Djian à voulu faire passer. Il y a des choses pour lesquelles on ne trouveras pas d’explication. Il faut apprendre à aimer une personne, et encore plus la vie, sans chercher à tout comprendre. Sans se demander pourquoi en permanance.

Je conseills ce livre à tout le monde. Lisez le avant de voir le film !

Golda

 

 

 



Laisser un commentaire

CAPTCHA * Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.