Le père noël est une ordure – chronique de Jérémy

En cette période de fêtes de fin d’année où le bonheur immaculé nous submerge, où le père noël a mis fin à toutes les guerres et où l’esprit de noël triomphe de tout, je vous conseille une bonne dose de mauvais esprit autour de notre cher barbu en habit rouge.

Produit par les frères Coen et réalisé par Terry Zwigoff en 2003, « Bad Santa » est une (très) estimable comédie américaine avec l’inégalable Billy Bob Thornton en tête d’affiche. Imaginez un père noël de centre commercial, alcoolique, obsédé sexuel, grossier et dont la véritable vocation consiste à dévaliser les grands magasins qui l’ont embauché. Affublez ce père noël d’un complice nain et noir, marié à une asiatique cupide. Larguez ce trio improbable dans un centre commercial de Phoenix (Arizona) et c’est parti pour une franche rigolade.

Arrivé à ce stade, deux solutions s’offrent au réalisateur : donner la priorité à son histoire de braquage ou offrir au spectateur une galerie de personnages loufoques et décalés.

Heureusement, Terry Zwigoff choisit de faire naître le rire par ses personnages et des situations délirantes plutôt que par les grosses ficelles habituelles de la comédie US (punchlines stupides, répliques usées…). Arrivé à Phœnix pour un dernier coup, le trio doit faire face à quelques complications : un directeur de magasin suspicieux, un chef de la sécurité véreux, une serveuse de bar pèrenoëlomane, un gamin paumé à l’air stupide mais adorable, sa grand-mère qui ne pense qu’à faire des sandwiches…

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Au-delà de l’histoire qui n’a que peu d’importance vous l’aurez compris, tout le sel de ce film réside dans son comique de situation et dans la galerie de personnages. Mais plus que tout, c’est la performance de Billy Bob Thornton qui mérite le détour. Personne mieux que lui ne pouvait faire exister ce personnage qui ne respecte rien ni personne (à commencer par lui), qui aime se taper de grosses femmes dans les cabines d’essayage des magasins, qui se pisse dessus en accueillant les enfants sur ses genoux, bourré du soir au matin, jurant en permanence, vomissant le monde qui l’entoure et haïssant ce qu’il est devenu.

Comme pour bon nombre de films comiques, il est impossible d’expliciter les ressorts comiques (d’ailleurs est-ce souhaitable ?). Ce qui ne pourrait être qu’une comédie de plus possède un petit supplément d’âme grâce à des personnages travaillés (même les plus secondaires) et une vision finalement plus tendre que cynique. Si quelques moments  d’émotion se font sentir, c’est finalement bien un humour dévastateur qui l’emporte, avec un final plutôt réussi. Ce qui n’est pas si courant…

Fan ou allergique à l’esprit de noël, tout le monde devrait y trouver son compte.



Laisser un commentaire

CAPTCHA *