Heart of the Nation

Ellis et Neckbone sont deux gamins qui vivent dans un bled paumé de l’Arkansas tout près du fleuve Mississippi. Lorsqu’ils découvrent un bateau perché dans un arbre sur une île au milieu du fleuve, ils s’imaginent rapidement en maîtres à bord. Problème, un type avec un tatouage de serpent sur le bras et un colt 45 à la ceinture y vit déjà. Qui est-il ? Pourquoi est-il là ? Il s’appelle Mud (Matthew McConaughey) et il attend le retour de sa bien-aimée Juniper (Reese Witherspoon).

affiche-mud-sur-les-rives-du-mississippi-mud-2012-1

Impossible d’en dire plus, « Mud – Sur les rives du Mississipi » ne se raconte pas. Non seulement parce que le film donne autant à voir qu’à ressentir mais il serait également dommage de déflorer la découverte de ce petit bijou made in USA.

Sur un rythme tranquille, prenant le temps d’installer ses personnages et de dévoiler les liens qui les unissent, Jeff Nichols donne de la matière au spectateur dans chacun de ses plans dont certains sont d’une beauté ahurissante. A ce titre, je clame haut et fort que rien ne remplacera jamais le format 2:35 avec une caméra Panavision et une pellicule Kodak 35mm… rien ! Ce long-métrage possède toutes les qualités d’un film américain dit « indépendant » et en évite tous les écueils. Aucune fausse note, aucune volonté d’afficher son « indépendance », aucune tentative d’humour foirée. Juste une histoire simple, crédible et deux gamins fantastiques pour donner la réplique au toujours impeccable Matthew McConaughey.

mud-movie-title-logo

Le film oscille entre le voyage initiatique vers l’âge adulte, la variation contemporaine et très personnelle [du réalisateur] sur l’Amour et une certaine forme de chronique sociale. Ceci dit, rien ne nous oblige à classer encore et toujours les œuvres ou les objets dans une catégorie. Cela nuit finalement toujours aux émotions.

La sincérité du propos, la formidable originalité dans le traitement de thèmes visiblement chers au réalisateur et la tendresse de son regard délicatement posé sur ses personnages forcent l’admiration.

La caméra de Nichols effleure les visages et les corps, filme sans jugement et porte un regard bienveillant sur tous ces êtres meurtris à des degrés divers mais qui ont tous en commun cette force et cette foi en l’Amour. Personnellement, je trouve que c’est un des films les plus originaux jamais réalisés sur l’Amour en général.

Car tous les actes de tous les personnages sont à priori guidés par l’amour. Pour une femme, pour un fils, pour un père, pour un ami…

Outre la beauté et la fluidité de la mise en scène, on notera également la puissance évocatrice de certaines scènes. En particulier les deux séquences où l’on voit défiler cette ville paumée de l’Arkansas depuis l’arrière du pick-up du père d’Ellis. Toute l’Amérique transpire dans ces quelques plans. Et que dire de cette scène magnifique, sans dialogues, [Attention Spoiler] lorsque Juniper, depuis le balcon du motel, aperçoit Mud sur le parking en contrebas. Impossible à décrire mais cette scène a éveillé en moi une foule de sensation et de sentiments. Superbe.

Et imperceptiblement, l’histoire vous conduit vers un final qui va vous coller au fauteuil avant de vous rendre à la réalité, ébloui et heureux.

Ebloui par le talent de ce réalisateur de 35 ans et heureux d’avoir vu un grand film américain. Sans conteste, un des grands films américains de ce début de siècle. Merci !

N.B : A noter que Nichols, dont c’est le 3ème film,  signe également le scénario et que celui-ci n’est l’adaptation d’aucune œuvre littéraire. Chapeau !

Message à Caractère Informatif :

Il est certain que le film ne pèsera pas lourd au box-office face aux machines de guerre « Iron Man 3 » et « Oblivion » ou encore face aux poids-lourds français « Les Profs » et « la Cage Dorée » (Non, je déconne…) et c’est bien dommage. Je ne suis pas pour l’opposition entre cinéma populaire ou de divertissement et cinéma plus confidentiel dit « d’auteur » mais lorsque la visibilité de certains [grands] films est occultée par les blockbusters, c’est chiant.

Cinemaniaq



Laisser un commentaire

CAPTCHA *