Game of Thrones – Le Trône de Fer

Affiche promotionnelle

Fiche d’identité

Nom : Game of Thrones
Réalisateur : David Benioff, D.B. Weiss
Date de sortie : 17 Avril 2011 (USA)
Etat d’avancement : 2 saisons de 10 épisodes
Genre : Dark-fantasy
Format : 52 min

 

Game of Thrones fait partie de ces séries qui tiennent en haleine au point de compter les jours de la semaine avant la sortie du prochain épisode, du début à la fin de la saison. Inspirée très directement de la célèbre série écrite du « Trône de Fer » par George R. R. Martin, maître du sous-genre littéraire de la dark-fantasy, elle propose une adaptation fidèle et alléchante version cinéma. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on en prend plein les yeux, que l’on soit fan ou pas de la série de base, si tant est que l’on a des atomes crochus avec les histoires sombres et tortueuses sur fond de panoramas épiques. Actuellement, deux saisons de dix épisodes chacune sont sorties (le 20ème épisode est prévu pour le 3 Juin 2012 sur la chaîne HBO), et la série bénéficiant d’un fort engouement du public, une troisième saison est déjà confirmée et en cours de tournage.

Avant de rentrer dans le détail, voici un résumé très bref pour vous faire une idée du monde de Westeros et de ce qu’il s’y trame. Après un été qui dura plusieurs années, l’hiver, qui peut durer toute une vie, amorce son retour sur Westeros, rapportant avec lui des peurs ancestrales, des choses cachées dans l’ombre, tapies derrière le Mur protecteur au Nord. Pendant que la Garde de la Nuit protège le royaume des Sept Couronnes de cette menace hostile, plusieurs maisons revendiquent le Trône de Fer, symbole du pouvoir absolu, et perpétuent une lutte pour s’en emparer afin de faire dominer leur maison sur le royaume.

 

Du Tolkien, du sexe, de la politique véreuse et du sang…

Un mélange explosif qui tient éloignés tous les clichés de la fantasy. Disons-le clairement, dans Game of Thrones, les jolies femmes sont de vraies charognes n’hésitant pas à user de leurs attributs pour obtenir ce qu’elles veulent, donnant lieu à d’innombrables scènes de sexe. Là où je tire mon chapeau, c’est que contrairement à beaucoup de films et de séries, ces passages sont étroitement imbriqués dans l’intrigue et apportent une touche de réalisme à un univers très cru, tirant même parfois sur le malsain. Cette atmosphère est consolidée par un enchevêtrement de sentiments peu nobles, menant les personnages à se monter les uns contre les autres, ou s’alliant pour faire sauter la tête de quelqu’un d’autre (et sans censure s’il vous plait) à travers un schéma politico-diplomatique extrêmement bien ficelé.

Enfin, l’un des principaux atouts de cette série est que l’on s’éloigne très fortement du cliché du « héros qui va devoir empêcher une prophétie de s’accomplir et/ou sauver le monde en menant une guerre contre des méchants moches », et de l’impression que l’univers dans lequel il évolue était statique jusqu’au moment où l’histoire commence, et qu’il se figera à nouveau lorsque ses mésaventures seront terminées. Dans Game of Thrones, point de début épique, point de fin tonitruante : on prend une histoire en cours de route, dans un univers vivant qui a un passé et qui va continuer à évoluer, avec ou sans les personnages principaux.

 

Eddard Stark

Une intrigue à couper le souffle

La qualité de l’intrigue, et notamment les retournements de situation, sont en partie ce qui m’a fait accrocher à la série. Mais attention, nous ne sommes pas dans une série comme Grey’s Anatomy ou Gossip Girl, où l’on sait que chaque épisode sera un enchaînement parfois indigeste de retournements de situation. Dans Game of Thrones, aucun évènement ne « tombe du ciel » comme par magie, écrit par des scénaristes désespérés afin de faire durer la série le plus longtemps possible (comme LOST en fait…). Chaque moment clé s’enchaîne naturellement après un autre et rentre dans le moule très élaboré du scénario de base. Aucune surenchère du sensationnel ici, ce qui permet d’assimiler rapidement tout ce qu’il se passe car chaque épisode suit l’itinéraire de plusieurs personnages au tour par tour. Quand bien même il est compliqué durant les premiers épisodes de comprendre qui est lié avec qui et de quelle manière, ou qui fait quoi, le socle politico-diplomatique est rapidement posé et évolue ensuite au fil des épisodes, où l’on en apprendra parfois un peu plus sur le passé de Westeros pour nous permettre de comprendre les tensions ou affinités existantes entre les protagonistes. Je salue ici le talent de George R. R. Martin pour être capable de pondre une intrigue aussi dense, aussi riche, aussi intéressante et bien amenée, sans faire de faux-pas. On ne peut que se laisser surprendre par l’enchaînement des évènements totalement inattendus, pour qu’après coup on trouve cela extrêmement logique. Du grand art.

 

Des personnages poussés à l’extrême

N’importe quel spectateur de cette série vous dira qu’il ne faut surtout pas s’attacher aux personnages, pour la simple raison qu’un personnage central-clé peut mourir en un instant, sans autre forme de procès qu’un meurtre qui sort de nulle part. Pas de héros, pas d’anti-héros, juste des gens comme vous et moi. Exit les protagonistes manichéens à la Sauron (« je suis méchant parce que je suis méchant, et je veux asservir le monde parce que j’aime trop être méchant ») ou à la Harry Potter (« je suis gentil parce que j’ai des principes, hein, au lieu d’envoyer un Avada Kedevra dès la 1ère année histoire qu’on me fiche la paix pendant les 6 dernières années»). L’univers de Westeros étant extrêmement bien abouti, les personnages se devaient de l’être également. Chacun est doté de ses propres motivations, soigneusement exposées dans chacun des épisodes, de ses propres faiblesses, ce qui permet de comprendre leurs actes, sans pour autant cautionner leurs conséquences. Ils évoluent également avec leur environnement, ce qui permet de redécouvrir sous un nouvel aspect plusieurs personnages lorsque l’on pensait déjà bien avoir cerné leurs caractères.

 

Des décors d’une grande qualité

Une des choses qui rend Game of Thrones aussi agréable à regarder, c’est aussi les moyens mis dans les décors et les effets spéciaux. Les tournages ont eu lieu dans des décors pittoresques tels que l’Irlande du Nord, le Maroc, la Croatie ou encore l’Islande. Les effets spéciaux, maquillages et costumes ne sont pas en reste non plus, chaque épisode donnant l’impression de visionner un Seigneur des Anneaux en mini-format tout en gardant une qualité exemplaire.
A présent que je vous ai bien mis l’eau à la bouche, comment vous procurer cette série qui n’est toujours pas sortie en France ? Pour les détenteurs d’une LiveBox, vous pouvez télécharger chaque épisode sur Orange Cinéma Séries. Pour les autres… Pas la peine de vous faire un dessin, il va falloir vous servir à la source pour suivre la saison 2 en même temps qu’aux States ou acheter les DVDs pour la première saison ! 🙂

Liens utiles : Facebook officielsite officielpage Wikipédia
Crédits photo : HBO

Alexandra K.

(NB : Cet article est purement subjectif. Et je le revendique.)



Laisser un commentaire

CAPTCHA *