Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg FEFFS 2015 – La programmation dévoilée

FEFFS 2015

 

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg FEFFS 2015 – La programmation dévoilée

 

Le FEFFS édition 2015, c’est dans moins d’un mois ! Pour vous faire patienter, sachez que nous serons de nouveau présents cette année dans les cinémas Star pour vous faire vivre le festival en direct, et qu’on est en train de vous préparer un concours aux petits oignons, qui vous fera gagner des places pour les Midnight Movies. Stay tuned !

Jetons un œil à ce qui nous attend cette année :

Côté grosse info qui tache, lourde et heavy metal (donc bien film fantastiquesque), la présidence du jury assurée par Enzo G. Castellari. Si le nom ne vous dit peut-être rien, sachez que ce réalisateur italien est à l’origine Inglorious Bastards, qui a servi de base à Tarantino. Sa place est toute trouvée, puisqu’il a aussi officié dans le fantastique et le cinéma d’exploitation, pour la Cannon notamment.

Mais la grosse idée, la grosse info, et j’avais pour ma part parié sur lui en tant que président du jury cette année, c’est bien sûr la venue de Joe Dante, alias monsieur Gremlins, qui va nous faire l’honneur de nous offrir une Master Class animée comme l’an dernier par Jean-Baptiste Thoret, suivie de la projection de son nouveau film de zombie Burying the Ex. Et pour vous permettre de jeter un regard d’ensemble sur sa carrière, ses films seront mis à l’honneur, comme c’était le cas pour Tobe Hooper, dans une rétrospective. Gremlins sera par ailleurs projeté en plein air pour fêter ça !

 

embedded by Embedded Video

Eli Roth (réalisateur de Hostel) sera à l’honneur en ouverture de festival avec Knock Knock (Keanu Reeves), un film traitant vraisemblablement de séduction. Ouverture bien charnelle, pour être dans le vif du sujet. Sachez que Roth sera aussi présent dans la catégorie des Midnight Movies dont on vous parle un peu plus bas.

embedded by Embedded Video

La clôture se fera avec Yakuza Apocalypse, un trip de yakuzas vampires orchestré par l’excellent Takashi Miike, réalisateur japonais sulfureux et hyperactif (auteur de la trilogie Dead Or Alive, Audition, Ichi the Killer, pour ne citer qu’eux)

embedded by Embedded Video

Côté compétition officielle vous pourrez voir :

The Lobster, Yorgos Lanthimos : première annonce et premier ovni pour un film qui a fait parler de lui à Cannes cette année. Et qui évoque le destin des célibataires, dans un futur proche et inquiétant, forcés de trouver des partenaires ou de se voir transformés en bêtes et lâchés dans les bois.

embedded by Embedded Video

Ni le ciel, ni la terre, Clément Cogitore : Un film de disparition de soldats en pleine guerre d’Afghanistan. En espérant voir une belle tentative, assez peu usitée finalement, d’unir le film de guerre et le film d’horreur (comme c’était le cas dans l’excellent Echelle de Jacob)

embedded by Embedded Video

Sweet Home, Rafael Martinez : Ca commence par une amourette et un week end romantique organisée par une petite copine agent immobilière dans un appartement vide et ça finit par « ils veulent tous nous tuer ». Schéma classique (du moins, je l’espère pour vous, seulement dans les films d’horreurs) et efficace.

[youtube  QgU29sVyiWY nolink]

Der Bunker, Nikias Chryssos : Un film que l’on attend particulièrement, bien barré, à propos d’un étudiant qui se retrouve à devoir donner des cours à domicile dans le sous-sol d’une étrange demeure : le Bunker. A noter que le rôle de cet étudiant est tenu par Pit Bukowski, qu’on avait déjà pu voir l’an passé dans l’étrange Der Samurai.

embedded by Embedded Video

The Woods (the Hallow), Corin Hardy : film irlandais old school qui promet un bon moment pour les fans de monster movies.

embedded by Embedded Video

The Survivalist, Stephen Fingleton : Une robinsonnade apocalyptique et inquiétante autour du thème de la survie, que l’on attend particulièrement.

survivalist

El Cadaver de Anna Fritz, de Hector H. Vicens : Un bon petit film nécrophile des familles, qui rappelle un peu l’histoire de Copulating Mermaid of Venice de Charles Bukowski. Une bande de jeunes veulent être les derniers partenaires sexuels d’une actrice décédée.

embedded by Embedded Video

Animal dream, Jonas A. Arnby : pour les amateurs de films de loups-garou, d’Animorph et de danois (la langue ou le saucisson, au choix)

embedded by Embedded Video

The Invitation, Karyn Kusama : pour les amateurs de murder party en tout genre, et qui ne réfléchissent jamais assez aux tournures que peuvent prendre les invitations trop amicales (quand les personnages de ces films comprendront-ils qu’il faut avant tout se méfier de ses amis?)

THE_INVITATION_Poster-Final-691x1024

Emelie, Michael Thelinet : que l’on se méfie de ce titre apparemment inoffensif, comme l’on doit se méfier des nounous, qui sont comme chacun le sait des tueuses en puissance.

 

embedded by Embedded Video

They look like people, de Perry Blackshear : On est toujours contents de voir la SF s’inviter dans ce genre de compétition, avec ce film de psychose paranoïaque prometteur.

embedded by Embedded Video

Crumbs, Miguel Llanso : film assez mystérieux présenté comme « une histoire d’amour surréaliste en Ethiopie », qu’on espère être une promesse d’étonnement. C’est un premier long métrage pour Miguel Llanso, qu’on sera curieux d’aller découvrir.

embedded by Embedded Video

TAG, Sion Sono : film que nous attendons particulièrement, par le réalisateur de Suicide Club. A propos d’un bus accidenté. L’unique survivante du drame se retrouve mystérieusement à continuer sa vie normalement, et à retrouver ses amis décédés. Un film sur fond de doute constant entre réalité et cauchemar. Et surtout un gros bordel en perspective (comme en atteste ce trailer)

 embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Si ça n’a pas suffit à vous donner envie d’être à l’automne (comment peut-on aimer l’été, avec ses chaleurs, ses mollets de touristes à la réverbération blanchâtre plus aveuglante que le soleil qu’ils reflètent  ? La pénombre et les premières brumes de Septembre ne sont-elles donc pas plus chatoyantes ?) sachez que le FEFFS, pour ceux qui n’y ont jamais été, même s’il s’intéresse avant tout aux films de genre, aime aussi ouvrir la porte à des films un peu marginaux, bizarroïdes et difformes qui, s’ils ne sont pas à proprement parler dans la catégorie film fantastique / horreur, ont quand même leur place dans ce cadre, notamment par leur caractère étrange et original. Une catégorie petite par la taille, mais qui en a dans le froc. On verra donc :

Applesauce, Onur Tukel : comédie noire sur fond de lourd secret et de messages morbides adressés par la poste

embedded by Embedded Video

The Guest, Adam Wingard : il semblerait cette année qu’il nous faille apprendre à nous méfier des apparences. Cet invité qui essaye de taper l’incruste dans une famille prétend être l’ami de leur fils tombé au combat. Un reboot de l’affaire Seymour Skinner ?

embedded by Embedded Video

YouTube Direkt

Uncle John, Steven Piet : Comment masquer un meurtre quand on est un vieillard hors de tout soupçon ? C’est apparemment ce que propose de traiter ce film au trailer prometteur et mystérieux.

embedded by Embedded Video

Scherzo Diabolico, Adrian Bogliano : un film de séquestration certes, mais politiquement engagé contre le monde étouffant du travail. Pas de trailer à se mettre sous la dent.

ScherzoDiabolico_web_1

Catch me Daddy, Daniel Wolfe : Vous permettez, monsieur… que je vous emprunte votre fille ? C’est peut-être cette question que le petit copain de l’héroïne du film aurait dû demander au frère de cette dernière… La chose n’ayant pas été faite, ce frère et une bande de copains veulent lui faire la peau. Pour fans de course à la survie… et dans une moindre mesure pour les fans d’Adamo.

embedded by Embedded Video

Night Fare, Julien Seri : Les films de soirées qui partent en vrille ont eu le vent en poupe (comme peut en attester le récent Victoria). Celui-ci nous propose de nous faire peur des taxis. Les usagers d’Uber le savaient déjà : on ne déconne pas avec un chauffeur de taxi !

embedded by Embedded Video

Pour les Midnight Movies, réservé aux fans de films déjantés, sanglants et déviants, vous aurez droit à :

Green Inferno, Eli Roth : deuxième film d’Eli Roth de la programmation, déjà assez attendu et qui fera le bonheur des fans de films de cannibales old school.

embedded by Embedded Video

Tales Of Halloween : un film à segments mené par des valeurs sures telles que Lucky McKee, qui a déjà été président du jury de notre FEFFS adoré, à Neil Marshall (The Descent)

embedded by Embedded Video

German Angst : Encore un film collectif, germain cette fois, comme pour ajouter une charge hard and heavy à la programmation, qui mettra à l’honneur des réalisateurs comme Jörg Buttgereit (auteur du satanique Nekromantik)

embedded by Embedded Video

Stung, Benni Diez : Que serait une bonne cuvée de midnight movies sans insectes tueurs ? Les amateurs de frelons et de guêpes seront servis.

embedded by Embedded Video

Deathgasm, Jason Lei Howden : se méfier des partitions maudites qui réveillent les démons. Mars Volta ont déjà eu la malchance de posséder une planche de Ouijah hantée. C’est au tour d’une bande de metalleux de réveiller les forces du mal par une partition musicale.

embedded by Embedded Video

Howl, Paul Hyett : un film de loup-garou qui promet d’avoir de la gueule, Hyett étant responsable de maquillages et d’effets spéciaux réputé dans le milieu. Il a bossé sur The Descent notamment.

embedded by Embedded Video

Ava’s Possessions, Jordan Galland : un film qui vous proposera d’explorer à quoi ressemble une cure, non pas de désintoxication, mais de retour à la vie normale après une possession. A noter que le réalisateur était plutôt connu pour son travail de musicien au cinéma

embedded by Embedded Video

Turbo Kid, François Simard, Anouk Whissell, Yoann Karl Whissell : film collectif post apocalyptique teinté de 80’s, comme on aime.

embedded by Embedded Video

On retrouvera aussi des docus (de Michael Madsen notamment, rien que ça), l’Indie Game Contest, un concours de développeurs jeu vidéo comme l’an dernier, Phantom Boy en film d’animation pour vos chers petits bambins, des retrospectives sur le thème cette année de KIDS IN THE DARK avec :

Le Village des Damnés de Wolf Rilla, La Mauvaise graine de Melvin LeRoy, La Malédiction de Richard Donner, L’autre de Robert Mulligan, Les Innocents de Jack Clayton ou encore Les Révoltés de l’an 2000 de Narcisso Ibanez Serrador, La Nuit du chasseur de Charles Laughton, Sa Majesté des Mouches de Peter Brook et L’Esprit de la ruche de Victor Erice.

Le village fantastique sera de retour pour faire le plein de merchandising et de films ou de bière Meteor spéciale (la délicieuse Zombeer). Et bien entendu pour ceux qui ne meurent pas d’impatience de regarder le plus de films possibles, vous pourrez toujours faire une sympathique petite balade à la Zombie Walk !

Bref, beaucoup de choses à dire et surtout à voir. On connaîtra le détail des retrospectives et des équipes présentes dans les semaines à venir. Pour plus d’info, vous pouvez aller jeter un œil sur le site du FEFFS en cliquant ici.

Par Jean-Gauthier Martin, en manque d’hémoglobine.

 



Laisser un commentaire

CAPTCHA *